EVE RISSER

PIANO, COMPOSITION - JAZZ CONTEMPORAIN

www.everisser.com

Qu’elle s’aventure en solitaire dans les entrailles de son piano préparé, expérimente les sonorités rétro-futuristes d’un clavecin électrique ou explore les potentialités expressives d’un mini big-band hybride et modulable, Eve Risser invente comme elle respire (présentation du festival Banlieues Bleues). L’étourdissante réussite artistique et la diffusion de son premier grand format, le White Desert Orchestra (créé en 2015), l’ont placée au rang des créatrices les plus en vue de la scène européenne.

Connue également pour son travail original au piano préparé, elle se produit régulièrement en solo avec désormais trois programmes différents : « Des pas sur la Neige » (au piano préparé), et deux créations de 2017 et 2018 : l’un au piano droit et effets mécaniques, l’autre au piano à queue autour de compositions et relectures de standards.

PROCHAINS CONCERTS

  • 23/01/2021 : solo - Tulle (Scène Nationale l'Empreinte)
  • 31/01/2021 : Eurythmia - Philharmonie de Paris
  • 12/06/2021 : Kogoba Basigui - Musée du Quai Branly (Paris)
  • 19/11/2021 : Kogoba Basigui - Sartrouville
  • 20/11/2021 : Kogoba Basigui - Metz (Scène Nationale l'Arsenal)
  • 23/11/2021 : Kogoba Basigui - Tulle (Scène Nationale l'Empreinte)
  • 25/11/2021 : Kogoba Basigui - Le Parvis à Tarbes
EVE-RISSER-ENCART-ARTISTE

LES PROJETS

SOLO(S)

1er Solo « Des Pas Sur La Neige »  au piano préparé, une magnifique « méditation » musicale.

Solo 2 « Piano-Piano » sur piano de concert.

Le piano, Eve Risser ne le voit pas comme tout le monde. Là où on se figure un instrument imposant à l’histoire grandiloquente, elle s’imagine une immense boîte à musique, une cour de récréation, un joujou qui fait crac boum hue. Car plus que les notes, ce sont les sons qui la fascinent. Dans ce nouveau répertoire en solo, la pianiste Eve Risser emprunte des lignes verticales et horizontales, furète de Thelonious Monk à Charlie Haden, joue du piano, s’arrête, tape, en fait chanter certains. Dans un puissant duo avec l’instrument, Eve Risser nous dévoile un paysage ignoré et mystérieux. Une musique de l’instant qui réveille la curiosité des premières fois. (Présentation de l’Atelier du plateau)

Solo 3 « Après un Rêve » un programme de transe sur piano droit préparé et effets mécaniques, avec la participation d’Adrian Bourget, désigner sonore

Après avoir exploré les entrailles du piano à queue pendant une dizaine d’années, Eve Risser a forgé un langage instrumental personnel, imprégné d’images de l’hiver (cf. « Des Pas Sur La Neige » sorti sur le Label Clean Feed). Pianiste originaire de l’Est des Vosges, elle décortique à présent le corps du piano droit afin d’y trouver sa propre magie percussive et rythmique. « Après Un Rêve » est une pièce mécanique et poétique qui prend place au milieu du public. Les marteaux organisés en boîte à rythme actionnent les rouleaux des souvenirs futurs, on en sort comme on s’éveille d’un songe.
Une main pour le groove, l’autre pour l’âme…les pieds pour la fête?

DUO EVE RISSER/ NAINY DIABATÉ

Eve Risser et la chanteuse griotte Nainy Diabaté (du Mali) ont mis en commun leurs héritages musicaux pour créer le formidable spectacle « Kogoba Basigui » créé en décembre 2018.

Elles y interprétaient une pièce en duo (voir vidéo).

Cette pièce est devenue un répertoire complet, disponible en concert.

RED DESERT ORCHESTRA « EURYTHMIA »

Red-Desert-Orchestra-«-Eurythmia-photo

Après la création de décembre 2018, où le nouveau « Red Desert Orchestra » aura rencontré le Kaladjula Band de Nany Diabaté, il pourra voler de ses propres ailes, avec un répertoire baptisé « Eurythmia » qui restera nécessairement imprégné de cette rencontre avec les musiques du Mali.

À découvrir le 22 février 2019 au Festival Sons d’Hiver à Créteil.

Eve Risser piano, claviers, flûtes, Antonin-Tri Hoang sax alto, clarinette, clarinette basse, Sakina Abdou sax ténor, sax alto, flûtes à bec, Grégoire Tirtiaux sax baryton, sax ténor Nils Ostendorf trompette Matthias Müller trombone Fanny Lasfargues basse électro-acoustique, effets, Emmanuel Scarpa batterie, percussions, Tatiana Paris guitare. + Mélissa Hié balafon, djembé, voix et Ophélia Hié balafon, dun, voix, Oumarou Bambara, percussions.

Red-Desert-Orchestra-«-Eurythmia-photo-2

RED DESERT ORCHESTRA & KALADJULA BAND « KOGOBA BASIGUI »

Le Red Desert Orchestra rencontre le Kaladjula Band (Mali) : la jeune compositrice de jazz contemporain Eve Risser et la diva malienne Naïny Diabaté mêlent leurs orchestres et leurs musiques pour un concert unique.

L’une, Eve Risser, est Française, pianiste et compositrice, appartenant à la nouvelle génération des musiques contemporaines. L’autre, Naïny Diabaté, est une griotte malienne populaire depuis une trentaine d’années. Elles représentent deux générations et deux continents. Elles ont toutes deux fondé leur orchestre. Le White Desert Orchestra en 2015, pour la première. Le Kaladjula Band en 2013, pour la seconde – premier ensemble féminin dans l’histoire du Mali. Grâce au festival Africolor, elles s’associent pour une performance musicale inédite. La Montreuilloise Eve Risser signe des morceaux en équilibre entre l’énergie de la musique mandingue et les sonorités doucement hypnotiques de son univers personnel. La pianiste et la chanteuse sont entourées du Red Desert Orchestra, du Kaladjula Band. Leur rencontre promet de nous emmener en terre inconnue !

RED DESERT ORCHESTRA

Eve Risser piano, claviers, flûtes, Antonin-Tri Hoang sax alto, clarinette, clarinette basseSakina Abdou sax ténor, sax alto, flûtes à bec, Grégoire Tirtiaux sax baryton, sax ténor, Nils Ostendorf trompette, Matthias Müller trombone, Fanny Lasfargues basse électro-acoustique, effets, Emmanuel Scarpa batterie, percussions, Tatiana Paris guitare.

KALADJULA BAND

Naïny Diabaté bolon, chant, Lalla Diallo djembé, Fatima Maïga guitare, Bintou Koita dundun, Wassa Kouyaté kora, clavier Oumou Koïta calebasse Benin Coulibaly chant, kamele ngoni.

Sonorisation : Celine Grangey

LA PRESSE EN PARLE !

« La musique ouvre on le sait, d’un style à un autre, d’un continent à un autre, d’une époque à une autre, un champ quasi infini de dialogues possibles. Ce projet le prouve une fois de plus » LA TERRASSE

LA PRESSE EN PARLE !

« Une pianiste et compositrice de premier rang qui prouve, la trentaine passée, que les espaces à défricher sont vastes, sauvages et fertiles» CITIZEN JAZZ

« Qu’elle s’aventure en solitaire dans les entrailles de son piano préparé, expérimente les sonorités rétro-futuristes d’un clavecin électrique ou explore les potentialités express-sives d’un mini big-band hybride et modulable, Eve Risser invente comme elle respire. S’appliquant « à traquer l’émotion et transcrire via la musique ces états de stupeur, d’émerveillement et de bouleversement physique que peuvent produire sur nous les spectacles de la nature », la jeune pianiste a imaginé cette formation atypique face à la beauté grandiose des grands canyons américains. Brassant les références et les vocabulaires, redéfinissant l’articulation entre composition et improvisation, elle invente un univers poétique et émouvant, aux confins de la musique de chambre et du post-jazz contemporain. » Présentation du festival banlieues bleues, mars 2015

« Parfaite représentante d’une nouvelle génération de musiciens européens, la pianiste, compositrice et leader Eve Risser a fondé le White Desert Orchestra. Un tentette dont la musique fait écho au choc ressenti par la jeune musicienne lors de sa découverte des Canyons de l’Ouest Américain. Une des créations les plus attendues remarquées sur la scène européenne en 2015 ! » JOURNAL LA TERRASSE

« Après avoir laissé d’inoubliables traces de « Pas sur la neige », seule au piano préparé, Eve Risser, à la tête cette fois de son White Desert Orchestra, continue de fantasmer de vastes espaces vierges où inscrire sa musique en un geste à la fois abstrait et sensualiste. » CHOC JAZZ MAGAZINE

« L’inventivité d’Eve Risser est sans limite. Après ses éblouissantes réussites collectives du White and Red Orchestra puis de Kokoba Basigui avec la chanteuse malienne Naïny Diabaté, la magicienne du piano revient au format solo. Elle crée pour le public une véritable expérience, une intimité partagée au plus près, sur le plateau, elle sort de son piano droit des sonorités insoupçonnées et s’adonne à une musique de l’instant, attentive aux mécaniques de son instrument. Un moment rare, entre John Cage et György Ligeti… un solo pour piano préparé d’une poésie subtilement lyrique. » Scène nationale L’Empreinte, Brive/Tulle

RÉFÉRENCES

Philharmonie de Paris – Théâtre de Cornouaille (Quimper) – Le Parvis (Tarbes) – Scène nationale de Cergy-Pontoise – Scène nationale de Mulhouse
Bonlieu Scène Nationale – Festival Africolor – Festival Banlieues Bleues – Jazzdor Strasbourg – Festival Météo Mulhouse – Festival Sons d’Hiver
Penn-ar-Jazz (Brest) – Ajmi (Avignon) – Détours de Babel (Grenoble) – Scène nationale de Besançon

consectetur libero luctus vel, Aliquam dictum pulvinar