Fil
PROCHAINS CONCERTS

En cours

ACTU DISCOGRAPHIQUE


ACTUALITÉS

FIL (Duo voix/violoncelle)
Leïla Martial : voix, pédales d’effet
Valentin Ceccaldi : violoncelle

Le décor est un fil tendu vers l’horizon, quelques chansons flottant comme des âmes errantes (Fauré, Purcell, Berio) et un désir immense de jouer avec l’instant.

EXTRAITS DE PRESSE

« Veillant à capter la beauté fugace du moindre son, mais toujours prêts à larguer les amarres. En quête d’un folklore imaginaire (…) « Frédéric Goaty/Jazz Magazine

Cela commence en douceur, avec une mélodie de Gabriel Fauré, mais l’interprétation donne déjà des signes d’extrême expressivité. C’est ensuite un crochet par le célèbre Cold Song du King Arthur de Purcell, joliment détourné. Ici encore, c’est une expression très vive qui va prévaloir. Puis l’on embarque vers une langue imaginaire à l’articulation virtuose, pas novlangue mais plutôt sonolangue où cohabiteraient des mondes de poésie sonore, de vertige lettriste, et de bruitisme très musical. Xavier Prévost

Sous les étoiles exactement. Une diva elfique
Côté amphithéâtre à 22h, un objet vocal jazz inclassable nommé Leila Martial a littéralement mis une claque au public…Mais quelle belle claque ! La chanteuse simplement accompagnée au violoncelle par Valentin Ceccaldi (puis son frère Théo au violon) a embarqué l’auditoire dans un voyage d’expérimentations vocales incroyables (La Provence)
Entre onomatopées percutantes et filets de voix épurés, la chanteuse invente un langage. Tout au long de son set, dans une posture digne d’une amazone rock, le frêle Leila envoûte définitivement son auditoire. Sous les étoiles exactement. Sabrina Chinni Midi Libre