LOISLEVAN_couv_carre_COULEUR_t
PROCHAINS CONCERTS

  • 27/05/2017 - Loïs Le Van - So Much More - Abbaye de Beauport - Paimpol
  • ACTU DISCOGRAPHIQUE

    Pochette CD So much more

    ACTUALITES

    Ce jeune homme de 32 ans porte dans sa voix et dans son phrasé une grâce indicible qui m’ont immédiatement touché. Comme une réminiscence du trompettiste et chanteur Chet Baker…mêlée à des couleurs de jazz plus modernes mais tout aussi romantiques.

    Tel un petit prince du jazz vocal, il vit la musique comme un émerveillement. Sa vocation se révèle comme par accident (son père lui offre un stage de jazz vocal pour ses 18 ans) puis s’impose lentement à lui au cours d’un exil volontaire de près de 7 ans aux Etats-Unis puis à Bruxelles.

    Repéré par un éminent pédagogue américain (Roger Leston) lors d’un stage de jazz à Crest, il part étudier et travailler à ses côtés aux Etats-Unis, et obtient un prix du magazine Downbeat avec l’ensemble vocal auquel il participe.

    De retour en Europe, il se trouve un nouveau mentor en la personne de David Linx. Il étudie auprès de lui pendant cinq ans au Conservatoire Royal de Bruxelles, développe patiemment sa personnalité musicale, compose de plus en plus, commence à participer à de nombreux groupes. Son talent est encore un secret bien gardé quand à l’été 2012 il remporte le prestigieux concours international de jazz vocal Voicingers (Pologne) sur un coup de poker, un pur moment de poésie, là ou le contexte appelle à plus de démonstrativité. La chanteuse Patricia Barber présidente de jury dira : « he is what is missing in male jazz singing these days, he can break your heart. »

    Chanter, composer, c’est une quête, dit-il, pour toucher à ce quelque chose que la raison ne peut pas toucher, notre part d’humanité…C’est le début dune belle aventure à n’en pas douter.

    En accord avec Autre Rivage jusqu’au 31 Mars 2017.

    EXTRAITS DE PRESSE

    Loïs Le Van, envoûtant Nourri de Chet Baker et ancien élève de David Linx, le chanteur Loïs Le Van confirme son talent rare avec le CD « So Much More », enregistré avec un groupe sans batterie (ce qui est osé). Fort d’une véritable cohésion, le quartet développe une improvisation fertile et un son de toute beauté, que l’on doit aussi au cinquième homme, l’ingénieur du son Gérard de Haro, et à l’acoustique de son fameux studio (La Buissonne). Au fil d’harmonies subtiles et en totale osmose avec les inspirés Sylvain Rifflet (saxophone ténor, clarinette), Bruno Ruder (piano) et Chris Jennings (contrebasse), le jeune Français chante en anglais, sur ses musiques, des textes du Belge François Vaiana (hormis la « Alifib », de Robert Wyatt). La voix se déroule, magnétique, magnifique. Soudain, frémit l’émotion, à fleur de poésie… Fara L’Humanité 14.10.16

    Voilà le disque surprenant qu’on n’attendait plus, le disque outsider qui arrive sans prévenir, édité sur un lointain label, un disque d’un chanteur à peine connu et qui s’impose d’emblée, à la première écoute, comme un des disques de l’année. Un coup de maître. Matthieu Jouan Citizen Jazz

     

    Voici un vocaliste masculin capable, comme le dit de lui Patricia Barber, de vous briser le cœur. Loïs Le Van, avec son disque So Much More, apporte au jazz une voix qui rappelle celle de Chet Baker dans l’émotion contenue au bord des larmes. Une aventure dans l’intime.Michel ContatTélérama

     

    Loïs Le Van, avec son timbre sensuel, si doux et froid, paraît toucher aisément, sans la moindre dispersion, au cœur émotionnel des mélodies (…). Le Van se risque dans So Much More à la mise à nu la plus pudique qui soit, pas la moins troublante. Les Inrocks

     

    Les plus grands artistes font souvent montre d’une économie impeccable. Rien à enlever, rien à ajouter à leur geste. Ainsi Loïs Le Van, avec son timbre sensuel, si doux et froid, paraît toucher aisément, sans la moindre dispersion, au cœur émotionnel des mélodies les plus ardues. On devine là une technique irréprochable, mais il y a davantage, la présence d’un compositeur hardi et une foi invincible dans la musicalité des sentiments – le chanteur cite Michel Legrand parmi ses influences. Entouré de Sylvain Rifflet au saxophone et à la clarinette, Bruno Ruder au piano et Chris Jennings à la contrebasse, Le Van se risque dans So Much More à la mise à nu la plus pudique qui soit, pas la moins troublante. Sortie le 12 septembre. Les Inrocks 12 Septembre 2016

    Voir la presse