ÉMILE PARISIEN QUARTET

SAXOPHONE - JAZZ CONTEMPORAIN

www.emileparisen.com

Révélation de l’Année aux Victoires du Jazz 2009, le Quartet d’Emile Parisien a déjà enregistré quatre disques (Au revoir Porc Epic, Original Pimpant , Chien Guêpe, Spezial Snack) et s’est produit dans le monde entier depuis une douzaine d’années. C’est néanmoins une présence relativement discrète sur les scènes hexagonales si on la compare à l’hyper-activité de son leader saxophoniste, entre temps multi-primé : Prix Django Reinhardt — Artiste de Jazz de l’Année par l’Académie du Jazz — puis à trois reprises récompensé par les Victoires du Jazz (Révélation, Artiste de l’année, puis Album de l’Année). A trente-six ans, Emile Parisien est devenu l’un des solistes les plus impressionnants et charismatiques de la scène actuelle, aussi exigeant que populaire, autant fougueux que charmeur.

Emile Parisien, bien que comblé par ses multiples collaborations de haut vol (Vincent Peirani, Michel Portal, Daniel Humair, Jean-Paul Celea, Jeff Mills…) parle de son quartet comme de sa « formation de cœur », avec laquelle il est au plus proche de son ambition musicale.

Un groupe en tout point admirable, où la cohésion et l’inventivité de ses partenaires portent le discours à un niveau captivant de cohésion, de dramaturgie et d’incandescence.

Leur nouvel album est annoncé pour novembre 2018 sur le label ACT

Ne pas manquer l’occasion de les présenter !

  • Emile Parisien saxophoneJulien Touery pianoJulien Loutelier batterieIvan Gelugne contrebasse.

Lien d’écoute :  Emile Parisien Quartet – Double Screening (ACT 2018) – overview

emile-parisien-spezial-snack

PROCHAINS CONCERTS

  • 28/11/2018 : Berlin
  • 06/12/2018 : Studio de l’Ermitage (Paris)
  • 08/12/2018 : St Claude
  • 19/01/2019 : Roanne

Sortie d’album le 6.12.2018 au Studio de l’Ermitage

LA PRESSE EN PARLE !

« Oui, trois fois oui, Emile Parisien est la meilleure nouvelle du jazz européen depuis longtemps. » LE MONDE

« Emile Parisien et ses compagnons s’autorisent toutes les audaces et créent un univers profondément singulier qui happe l’auditeur pour ne plus le lâcher. Ce disque témoigne d’un haut niveau de créativité, d’originalité et de maturité. » JAZZMAN

« Au rang des souffleurs, le saxophoniste s’est surpassé. Les interventions libres, belles, complexes, fraîches, du natif de Cahors ont relancé en permanence le leader, pourtant en dépassement ininterrompu pendant le spectacle. » LIBÉRATION

« Charlie Mingus mais aussi Wagner ou Poulenc, au menu du singulier Emile Parisien Quartet, issu du collège jazz de Marciac. Les contes de fées n’existent pas, c’est bien connu… Il y a pourtant de la magie et du surnaturel dans la musique de ces quatre-là. Quelque chose d’inexplicable dans le ciment qui les unit, depuis huit ans, sous ce pavillon de l’Emile Parisien Quartet. Tout est dans ce troisième mot : quartet. Car le saxophoniste à peine trentenaire n’est ni la locomotive, ni le cerveau, ni le leader, mais juste l’une des quatre pièces maîtresses d’une embardée jazz pas comme les autres, puisant aussi bien chez Mingus que chez Stravinski et perpétuellement portée à bout de bras par les vents pluriels, parfois contraires, de l’improvisation. Une improvisation qui s’applique à raconter, encore et toujours, des histoires folles, tristes ou drôles, incompréhensibles ou bouleversantes. » JAZZMAG

« This energetic group made their stateside debut at WJF this year — perfectly in-sync and totally transfixing, Parisien and his (you guessed it) French compatriots brought a taste of the continental avant-garde to Tribeca, as they danced and thrashed around the small stage to their own eclectic, and occasionally Middle-Eastern inspired, music. » BILBOARD MAGAZINE

« The French tenor and soprano saxophonist Emile Parisien turned his United States debut into a series of scratchy epiphanies. His tone ranged from voluptuous to flinty, and his band blended elements of the avant-garde — Julien Touéry, the pianist, has clearly heard some Don Pullen — with the strenuous side of jazz-rock. The tune “Chocolat-Citron,” studded with fitful syncopations, suggested a caffeinated response to the Bad Plus. » NEW-YORK TIMES

RÉFÉRENCES

Jazz à la Villette – Europa Jazz Festival du Mans – Hambourg – Belgrade – Radio-France Montpellier – Amsterdam
Rotterdam – New-York – Théâtre de Cornouaille – Amphitéâtre de l’Opéra de Lyon – Jazz à Cluny – Vancouver

elementum massa tempus id odio accumsan mattis