PROCHAINS CONCERTS

  • 20/04/2018 - Stéphane Kerecki - French Touch - Le Silex - Auxerre
  • ACTU DISCOGRAPHIQUE

    disc_nouvellevague NOUVELLE VAGUE – 2014 Label Outhere Plus d’infos

    ACTUALITÉS
    talentjazzadami2015

    Son dernier album sort actuellement (cf ci-contre). C’est un magnifique hommage aux compositeurs des musiques de films de la « Nouvelle Vague ». Stéphane réunit un casting de première classe avec : John Taylor au piano, Émile Parisien au saxophone, Fabrice Moreau à la batterie, et à la voix, Jeanne Added ou Laïka Fatien

    A l’aube de la quarantaine Stéphane Kerecki recueille les fruits d’une patiente obstination : peaufiner son art et servir la musique avant toute chose. Il s’impose tranquillement comme l’une des valeurs les plus sûres du jazz hexagonal.

    Son son de contrebasse, l’un des plus beaux qu’il soit donné d’entendre, et sa musicalité font de lui l’un des accompagnateur des plus recherchés (Jacky Terrason, Yaron Herman, Bojan Z), mais c’est depuis quelques années en tant que leader et compositeur qu’il s’est révélé, apportant une vision sereine, une intégrité et une douceur, sur les mondes du jazz moderne.Son duo avec le pianiste John Taylor a été encensé par la critique. Son opus « Sound Architects » (Out Note) était choisi par le journal Libération comme l’un des albums de jazz de l’année 2012.

    EXTRAITS DE PRESSE

    Quel groove, quelle puissance tranquille, quelle confiance dans le placement harmonique… Bien plus qu’une belle rencontre de sonorités, c’est l’intensité de présence l’un à l’autre de ces deux musiciens qui nous touche. Le CHOC s’impose devant le degré de maturité atteint d’emblée par ce duo, magnifique pont entre deux générations. — Jazzman

    Voici un disque marquant de plus à l’actif de Stéphane Kerecki : son talent de compositeur, sa virtuosité de soliste et son discernement dans le choix de ses interlocuteurs sont la marque des leaders — Citizen Jazz

    our les musiciens de jazz, le duo piano-contrebasse reste un exercice d’équilibristes, réservé aux adeptes de l’épure, ceux qui aiment danser au bord des gouffres. La conversation nocturne de Stephane Kerecki & John Taylor décrit des paysages imaginaires esquissés par la plume du contrebassiste, évoquant au passage la présence de quelques grands poètes du jazz : Bill Evans, Scott La Faro, Ornette Coleman, Paul Bley, Gary Peacock… le témoignage de cette rencontre, « Patience » a reçu le “CHOC” de l’année 2011 Jazz magazine / jazzman — Jazzman

    Il faudrait oublier les instruments. Au sens où leur présence est telle (la phénoménale contrebasse de Stéphane Kerecki, le piano intérieur de John Taylor),si prégnante, si massive, à ce point installée dans le réel, la praxis, l’inévitable compétence, qu’il doit bien s’agir d’autre chose… — Le Monde